31.10.2019

Please reload

Please reload

Comment passer de l'état présent à l'état désiré.

04.09.2018

Je me souviens comme si c'était hier, de ce sentiment d'être enfermée dans une spirale, dans laquelle la même situation se reproduit encore et encore : l'arrivée des règles, le test négatif, la perte de ce tout petit amas de cellules qui aurait dû devenir mon enfant. À cela s’ajoutaient les bébés et les ventres ronds de l'entourage, pointant le fait que j'étais toujours collée sur place, alors qu'eux semblaient avoir pris l'autoroute vers une vie meilleure.

 

Je pense que certaines d'entre vous se retrouvent dans ces quelques lignes... 

 

Les femmes que je rencontre me demandent souvent, "comment as-tu fait pour tenir, pour te relever à chaque fois, et pour continuer à y croire pendant 5 ans ?"  

 

 

En fait ce n'était pas un seul élément, mais des petites circonstances de la vie, des prises de conscience et des moments-clés. Pendant ces années, j'avais l'impression de vivre dans une sorte de verrière dont je ne pouvais pas sortir, mais apercevoir ma vie rêvée de l'autre côté de la vitre. J’étais tellement proche et en même temps terriblement loin. D'un côté, j'étais habitée par une sorte de confiance me murmurant que cette vie-là pouvait se réaliser d'un jour à l'autre, et d'un autre côté, je n'avais pas la moindre idée comment la rejoindre.

 

J'essayais pourtant de lutter le plus possible pour y arriver, mais plus je me battais contre cette situation douloureuse, plus je me sentais mal et plus j'avais peur. Je dois préciser que j'étais terrorisée à l’idée de ne jamais avoir d'enfants. C'était une question de "vie ou de mort", "d'exister ou de disparaître." Il m'a d’abord fallu admettre que si j'avais autant besoin d'un enfant pour exister, si cet enfant devait tant combler un vide, c’est qu’il y avait forcément quelque chose à régler en moi, avant toute chose. Alors me voilà arrivée à la toute première prise de conscience : tout changement commence par soi-même. Tout à coup, cela me paraissait évident, si moi je changeais, la vie allait suivre.

 

Tout d'abord, je devais choisir mon camp : "avoir peur" ou "faire confiance". Choisir si je me référais uniquement à mon intellect qui veut tout contrôler, ce qui débouche inévitablement sur le doute et la peur, ou m'ouvrir à la voie du cœur. À la voie des possibilités illimitées et de la confiance absolue en la vie, où il n'y existe ni passé, ni futur et de ce fait ni peur, ni doute. Cela me paraissait logique : si je me focalisais uniquement sur ma peur, c'est alors vers elle que j'allais aller. C'est d'ailleurs une des premières choses qu'on nous apprend à l'auto-école : si par malheur vous sortez de la route, ne regardez pas là où vous ne voulez pas aller (dans l’arbre) mais là où il serait préférable d’atterrir. 

 

Certes, c'était juste impossible de faire taire ma peur définitivement, mais je voulais essayer de rajouter des outils me permettant de privilégier des moments de confiance. Pendant un des premiers cours auxquels j’ai participé, j’ai expérimenté la méditation, la visualisation et la force de la pensée. J’ai appris que nos pensées sont une puissante énergie, émettant une certaine vibration capable d'influencer notre corps, notre entourage, notre maintenant et notre futur.

 

J'ai ainsi commencé à surveiller mes pensées et à visualiser. La visualisation est un outil si merveilleux, si simple et si puissant. J'en ai déjà parlé de maintes fois : fermer les yeux et visualiser la situation future souhaitée nous met un sourire aux lèvres. Un sentiment positif s'installe, ce qui modifie immédiatement les vibrations de notre corps dans l'ici et le maintenant. Nous allons amener une situation future dans le présent et ainsi raccourcir la distance entre le maintenant et le demain. Pour un instant, mes pensées sont positives, mon sentiment est positif, ma vibration est positive. On attire ce qu'on émet, c'est la loi "action = réaction".

 

Ce qu’explique merveilleusement bien René Egli dans son livre "Le Principe LOLA" (LOLA est le raccourci du mot  Loslassen = Lâcher prise), qui m'a été d'une grande aide et que je vous recommande vivement. Il explique simplement les grandes lois de la vie : la loi "action = réaction", le principe du lâcher prise et l'importance de l'amour. L'objectif principal du livre est de démontrer comment ne pas gaspiller inutilement son énergie à résister contre l'état présent, afin de l'avoir à disposition pour arriver le plus simplement possible à l'état désiré.

 

Et c'est ce que je voulais absolument ! Mais tout d'abord il m'a fallu refaire le chemin à l'envers. Parce que même si dans ma tête, je voulais absolument avoir déjà atteint mon état final désiré, ma vie entière se passait toujours à l'intérieur de cette verrière dans laquelle je faisais du surplace. Je prenais donc mon livre "Le Principe Lola' et j'essayais d'appliquer les 5 étapes du lâcher prise afin d'arriver dans le moment présent. Car c'est la seule chose que nous possédons réellement, n'est pas ?

 

Accepter l'état présent. Ça passe inévitablement par là. J'ai compris que lutter contre cette situation n'allait pas la changer pour autant. Au contraire, cette non-acceptation, cette résistance à ce qui EST m'épuisait et me rendais presque dépressive. Il m'a fallu accepter que je faisais partie de ces femmes qui avaient des problèmes pour avoir des enfants, que ça allait prendre du temps, que je devais faire appel aux médecins et prendre beaucoup de médicaments. 

À partir du moment où j'ai accepté de ne plus voir la PMA comme une ennemie mais comme une chance, tout a changé. Je me suis sentie plus légère, plus positive et plus en phase avec moi-même et ce chemin.

 

Ne jugez pas. Est-ce que ces années d'attente étaient un bien ou un mal ? Au moment de les vivre, je les ai trouvées injustes et je les ai vécues comme une punition. Aujourd'hui, je sais que c'était un des plus grands cadeaux de mon existence. Pendant ces 5 ans, j'ai appris énormément sur moi-même et sur la vie. Grâce à cette expérience, je peux aujourd'hui aider d'autres femmes et couples dans la même situation. Ce qui paraît "mal" peut se transformer en "bien" et inversement.

 

Ne pensez pas au chemin. Même si on a une image très claire du but, il n’existe pas qu’un unique chemin pour l’atteindre. Se concentrer sur une seule voie spécifique est une démarche purement intellectuelle qui bloque notre intuition. Nous ne pouvons pas prévoir avec notre tête les merveilleux aléas de la vie. Avec ma tête, je n'aurais jamais pu prévoir toutes ces rencontres, ces "hasards" et ces moments-clés qui ont participé à ce que je trouve la réponse à mon problème d’infertilité. Et jamais je n’aurais pensé qu’un jour, cela pourrait aider d’autres femmes dans leur quête.

 

Ne luttez pas contre l'état présent & ne vous concentrez pas sur le but. Je trouve que c'est le point le plus difficile. Quel que soit l’objectif que nous avons, il faudrait idéalement le garder en tête sans trop se focaliser, toujours avoir confiance dans la possibilité de sa réalisation, et tout cela en gardant un pied dans l'action pour agir de façon appropriée au moment opportun. 

 

Aux moments où j'étais complètement happée par mon objectif, je ne percevais plus rien autour de moi. Comprenons-nous bien : le but doit demeurer, mais si nous nous concentrons trop dessus, nous perdons de vue l'ensemble de la situation actuelle et nous ne nous conduisons plus de manière optimale à l'instant présent. On risque donc de ne pas voir les solutions que la vie nous présente, ou de prendre des décisions en désaccord avec nous-même, ce qui nous coûte de l'énergie et du temps.

 

Ne doutez pas d'atteindre votre but. Je n'ai pas réussi à faire taire ma peur complètement, mais avec l'aide de la visualisation et des pensées positives, j'ai essayé d'y ajouter des sentiments tels que la joie, l'espérance et la confiance. 

 

 

Voilà comment j'ai traversé ces 5 ans. On dit que le voyage est aussi important que l'arrivée, et aujourd'hui je le confirme. Certes, quand je me trouvais dans la situation, c'était moins évident. Mais le temps passait et je n'avais pas le choix. J'ai alors essayé d'aimer ce moment présent malgré ses défauts, de m'aimer malgré mon impatience et d'aimer la vie malgré cette incertitude. Et sans réellement m’en rendre compte, d'un jour à l'autre, l'état présent était devenu l'état désiré. Je suis tombée enceinte de Zoé au moment parfait car elle ne venait plus combler un vide mais compléter un bonheur existant.

Share on Facebook
Please reload

Recevoir automatiquement mes articles, informations & événements :

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc

Jacqueline Comte

Accompagnement du désir d'enfant - Coaching PMA - Massage de fertilité

 

Chemin de la Dauphine 46 - CH-1291 Commugny

+41 (0)79 44 55 293

© Espace Fertile - 2019.