Quand bébé ne vient pas. Dans l'imprévu se cache le miracle.

« Parfois, « l’univers » nous envoie un signe très clair, non pour nous punir, mais pour que nous puissions aller au-delà de nos peurs afin de découvrir de quoi nous sommes capables. Ainsi, nous nous ouvrons aux miracles. »



Plus de règles, plus d’ovulation, pas d’ovocytes à la stimulation, pas d’embryons fécondés ou qui survivent, des grossesses biochimiques... etc. Ce sont des signes très durs à encaisser, mais parfois ils sont nécessaires, pour que vous puissiez aller au-delà de votre zone de confort, de ce que vous avez initialement prévu.


Si vous me suivez, vous en avez déjà entendu parler de maintes fois, dans notre esprit, les imprévus sont jugés comme une erreur (le mal), et ce qui a été prévu, est en occurrence jugé juste (le bien). Normal donc que nous sommes amenés à résister contre les imprévus, convaincues que ces derniers nous veulent du mal.


Et s’ils nous voulaient du bien ?



Si je prends l’exemple du désir d’enfant non abouti, je vois souvent chez mes clientes qu’elles ont du mal à dépasser « le comment » elles envisagent de concevoir leur enfant. Et quand la vie leur demande de passer à l’étape suivante, à ce nouveau plan, elles sont parfois tétanisées à cette idée.


Ce plan, parce qu’imprévu, leur paraît souvent faux, voire mal, et les met ainsi face à leurs peurs les plus profondes. Des peurs qui sont toujours liées à leurs croyances inconscientes. Des croyances qui ne sont pas les moindres, comme vous pouvez le voir ci-dessous :

  • Si j’ai besoin d’aide pour concevoir, ça veut dire que je ne mérite pas d’être maman.

  • Si l’enfant ne vient pas naturellement, ça veut dire que je ne suis pas faite pour être mère.

  • Si un enfant est conçu naturellement, il a moins de chances d’être malade ou handicapé, qu’un enfant conçut par FIV/FIVDO.

  • Si mon enfant porte mes gênes, il y a plus de chances qu’il m’aimera plus tard, plus qu’un enfant conçu grâce au don.

  • Etc., etc…

Ou encore :

  • Si je tombe enceinte naturellement, ça veut dire que je suis une bonne personne, que je fais tout juste et que je suis aimé par l’univers.

  • Si mon enfant vient naturellement, ça veut dire qu’il nous a choisis et qu’il veut vraiment venir.


Dans ce contexte, il est donc normal, qu’elles n’osent pas aller plus loin dans le processus et qu’elles viennent chercher de l’aide.


Si vous vous trouvez dans ce cas de figure, sachez que vos peurs sont 100% légitimes et normales, mais qu'elles n’ont rien à voir avec la réalité. Ce sont juste des croyances, des constructions de votre mental qui vous murmurent, que si vous êtes une suffisamment bonne personne, vous allez avoir droit à votre récompense tant souhaitée.


Autrement dit, si vous voulez avoir la preuve que vous êtes une bonne personne (et aimée), votre cadeau doit venir sans forcer et donc, comme initialement prévu par la nature : tout seul.


Après 10 ans d'expérience dans le désir d'enfant non abouti, tant personnellement que professionnellement, mon avis est tout autre. Moi je pense que nous ne sommes pas deux personnes impliquées dans la conception, nous sommes trois dès le départ. La femme, l'homme et l'enfant ! Un enfant qui veut venir sur terre vivre sa vie malgré le fait que nos corps rencontrent des difficultés.


L'autre jour j'entends la phrase : « qui êtes-vous pour refuser à vos enfants de venir s’incarner grâce à l’aide de la médecine ? »


Et je trouve que c'est tout à fait juste ! Si la médecine existe, ce n'est pas pour rien ! Si vous réfléchissez bien, même si vous concevez par FIV ou FIVDO, vous ne pourrez jamais vraiment forcer la nature, qui aura toujours le dernier mot. Nous pouvons « créer » et lui proposer une enveloppe humaine, certes, mais nous ne pourrons jamais obliger une âme à l’habiter, si cette dernière n’a pas envie.


Dans ce sens, nous ne forçons rien du tout, nous ne faisons rien d'autre que de faire équipe avec la nature. Vous faites équipe ! Vous, votre partenaire et la médecine ensemble avec votre futur enfant…


Alors si la nature à elle seule ne suffit plus, n'hésitez pas à emprunter des chemins non prévus et permettez ainsi au miracle d'avoir lieu. Lâchez le COMMENT, mais continuez à croire à votre enfant.


Et faites confiance que vous êtes aimées ! Par l'univers et par votre enfant, qui vous envoie parfois des signes clairs, non pour vous punir ou pour vous décourager, mais pour vous amener sur la piste des solutions afin d'enfin pouvoir venir vous trouver.


Vous êtes la maman qu'il a choisie. Exactement telle que vous êtes.


Prenez soin de vous.




Accompagnement du désir d’enfant

& guidance de vie au féminin. www.jacquelinecomte.ch



P.S.: voici la vidéo qui commente cet article :