Quand la peur "d'avant" se transforme en angoisse "d'après"

Après plus de cinq ans à accompagner des femmes sur leur chemin envers leur enfant, il m’arrive de plus en plus fréquemment d’avoir des clientes qui ont eu l’immense plaisir de devenir maman.


Combien de fois nous en avions discuté, de ce Graal du bonheur… et aujourd’hui, nous nous retrouvons de nouveau ensemble en séance, non parce qu’elles souffrent de la peur face à l’absence de leur enfant, mais de l’effet de son arrivée 😊.


Pourtant, elles ne pensaient plus avoir peur après... A la vue du deuxième trait, à la première écographie, à la deuxième, à la troisième, quand l’enfant bouge, quand il naît… alors que c’est là que l’angoisse commence réellement.


Je comprends tellement. Car le jour où je suis rentrée de la maternité avec Zoé, après 5 ans de combat PMA, j’ai pleuré de peur, de doute et d’incertitude. A ce moment précis j’ai réalisé que plus jamais j’allais être complètement insouciante car dorénavant, mon cœur se baladait à l’extérieur de moi, dans un autre petit être, dans ma fille.


De plus, après toutes ces années à désirer devenir maman, je voulais montrer à tout le monde, que j’y arrivais haut la main. Et ainsi, je m’efforçais de correspondre à cette maman parfaitement détendue, sereine et joyeuse que je voulais être. Avec comme résultat que je vivais dans un état de peur, de stress et de culpabilité permanent.


C’était un sentiment terrible de ne pas être à la hauteur, de ne pas être assez, d’échouer en vivant mon plus grand rêve.


Peut-être vous vous reconnaissez dans ce qui précède ? Peut-être vous aussi, vous pensez devoir faire mieux que les autres mamans, parce que vous avez attendu votre enfant pendant longtemps ?


Évidemment, cette idée est fausse. Car attendu ou non, la maternité représente un des plus gros chamboulements dans une vie d’une femme (et d’un couple) et toutes les mamans connaissent cette pénible impression de perdre pied au début.


Alors détendez-vous et baissez vos exigences envers vous-même. Acceptez-vous pleinement dans votre rôle de maman, avec toutes les émotions contradictoires qui vous habitent.


C’est normal, c’est humain, c’est simplement vous. Et c’est même bien !


Parce que les enfants nous imitent. Du coup, si vous vous permettez d’être simplement vous, vous montrez à votre enfant, qu’il a le droit d’être simplement lui. Avec toutes les peurs, tristesses et insécurités qui vont l’habiter à certains moments de sa vie. Des émotions qu’il se permettra de vivre sans crainte, en sachant qu’il n’a pas besoin d’être parfait pour être aimé.


Et là, ma chère maman, vous lui offrez le plus grand des cadeaux.


Prenez soin de vous.




Guidance de vie

Spécialité désir d’enfant

Annales Akashiques



PS : parfois, en tant que toute nouvelle maman, on a besoin d’aide. N’hésitez pas à consulter votre sage-femme si vous vous sentez triste, déprimée, isolée, déstabilisée au point de ne plus avoir envie de vous occuper de vous et/ou de votre enfant. N’ayez pas honte. Avec un accompagnement ciblé, vous pouvez vitre retrouver votre joie de vivre afin de profiter pleinement de votre vie de maman.

Posts récents

Voir tout