Cette envie qui nous pousse à faire tout et n’importe quoi.


Le soir du 10 octobre je reçois un SMS d'une amie qui me prévient de la diffusion de l’émission « Bébés sur mesure » à 20h50 sur la chaîne Arte. Je lui suis reconnaissante car le contenu de cette dernière était extrêmement pointu et révélateur. Elle traitait de la fécondation in vitro (FIV) classique, des banques de sperme, des donneuses d’ovules, de la gestation pour autrui (GPA), du dépistage préimplantatoire (DPI), de l’eugénisme, du bébé à trois ADN, du rajeunissement de vieux ovules, de spermatozoïdes conçus en laboratoire grâce à des cellules-souches et pour finir, des ciseaux ADN Crispr qui seraient capables de couper et de remplacer des parties défectueuses de l’ADN.

Bien que je baigne tous les jours dans la thématique du désir d’enfant et de la PMA, toutes ces possibilités existantes et naissantes m'ont fait tourner la tête. J'ai alors pris conscience du fait que les outils disponibles dans ce domaine se montraient de plus en plus sophistiqués et que le recours à la science était en train de devenir plus naturel que la nature elle même.

Il est vrai que les problèmes de fertilité font de plus en plus partie de notre monde actuel et pour beaucoup de couples, la PMA est la dernière chance de réaliser leur rêve de devenir parents. L'avancée dans ce domaine représente donc une véritable bénédiction. Mais face au désespoir, lorsque nous sommes prêts à tout essayer et que nous sommes pris dans l'engrenage, il est de plus en plus difficile de savoir où s'arrêter. Est-ce vraiment nécessaire de choisir le sexe et la couleur des yeux du futur bébé ? Faut-il à tout prix savoir si l’embryon est génétiquement parfait ?

Concernant la première question, je suis catégorique : « Non ». Vous imaginez ce que nous perdrions du fait de tout vouloir maîtriser à l’avance ? Cette instant magique où on est sur le point d’apprendre le sexe de son enfant, ou la joie de surveiller l’évolution de la couleur de ses yeux au fil des semaines.

La question concernant les maladies est plus complexe et je n’arrive pas à avoir un avis absolu à ce sujet. Au premier abord, je ne pouvais bien entendu rien trouver de positif au fait qu’une mère et un père doivent assister à la mort de leurs 3 enfants, après leur avoir involontairement transmis un défaut génétique. Ce premier témoignage m’a profondément touchée et attristée alors que le suivant m’a fait voir la chose sous un autre angle : C’est l’histoire d’une artiste qui se trouve dans une chaise roulante depuis l’enfance, atteinte elle aussi d’une maladie génétique rare. Malgré les difficultés suite à son handicap, elle affirme que même si elle avait le choix, elle ne changerait rien à son destin. Elle estime que c’est grâce à sa maladie qu’elle est devenue la personne qu’elle est aujourd’hui et ça, elle ne le changerait pour rien au monde. Si on posait cette même question aux parents du témoignage précédent et qu'on leur demandait de revenir en arrière, choisiraient-ils de ne pas faire naître leurs enfants au prix de ne jamais les connaître ? Et est-ce que les beaux moment passés avec eux ne valent finalement pas plus que la fin tragique ?

Je n’ose pas imaginer les conséquences de l’eugénisme sur notre société et sur notre système social. Cette méthode vise à améliorer le patrimoine génétique de l’espèce humaine pour créer des enfants parfaits. Mais de quel droit nous basons-nous uniquement sur des chiffres pour décider qui est "parfait", et qui ne l'est pas suffisamment pour avoir le droit d'exister ? Un être humain n'est-il pas infiniment plus qu'un code ADN ? Finalement on peut avoir été conçu "génétiquement sans faute" mais développer des difficultés émotionnelles, affectives, psychologiques ou scolaires plus tard. Ou naître avec une maladie et avoir une vie très heureuse et épanouie. Un enfant atteint d’un handicap physique ou mental ne représente-il pas la même richesse pour une famille qu'un enfant soit disant normal ? Selon l’émission, Mozart et Beethoven étaient atteints d’une mutation génétique. Imaginez le monde de la musique sans leurs merveilleuses compositions !

Comment savoir à l'avance ce qui est bien et ce qui est mal ? Et ce qui a été défini comme "bien" au départ l'est-il toujours en finalité ? N'avions-nous pas tous vécu des situations où nous pensions qu'une chose étais mal, et qu'elle s'est révélée être un cadeaux plus tard ? Ou l'inverse ? Et si la différence, l’imprévu et les difficultés étaient nos plus grandes chances dans la vie ? N'est-ce pas souvent suite à des situations difficiles que nous grandissons et devenons meilleurs ? Sans elles, qui nous motiverait à surmonter nos peurs et à dépasser nos limites ? Et n'est-ce pas grâce à l'inattendu que nous changeons de point de vue et partons à la rencontre de nous-mêmes ?

Beaucoup de questions pour une certitude: Nous sommes tous uniques, différents et heureusement, parfaitement imparfaits !

#ovules #pma #enfant #attente #désirdenfant #grossesse #infertilité #enceinte #bébé #fertilité #sperme #science

Jacqueline Comte

Sage-femme de l'âme.

Mon cabinet se trouve dans le Canton de Vaud en Suisse. 

 

Si vous êtes intéressées à me rencontrer, n'hésitez pas à m'appeler. De cette manière nous pouvons faire connaissance, identifier vos besoins et je peux vous expliquer ma manière de travailler.

Jacqueline Comte

Inscription Blog :