Habituellement, la question vient sans préavis : « avez-vous des enfants ? », « Non», répond Anita aussi calmement que possible. « Je n'ai pas d'enfants et je n’en veux pas. » Les gens pensent alors « elle préfère faire carrière »,et la laissent tranquille. Tranquille d’interogations qui ont pour but de savoir pourquoi ça ne marche pas, de regards compatissants et de déclarations telles que « ça va marcher », « détendez-vous et pensez à autre chose », « il n’y a pas que ça dans la vie »,

« vous avez de la chance, au moins vous pouvez faire la grasse mat le week-end.»... Elle préfère encore mentir.

 

Ne pas pouvoir avoir un enfant, alors qu’on le désire ardemment, touche à quelque chose d'existentiel au plus profond de nous. Quelque chose qu’on ne peut pas expliquer aux personnes qui ne l'ont pas vécu. Comment expliquer que quelqu’un nous manque terriblement, alors qu’il n’a jamais existé ? Comment décrire ce sentiment, que quelque chose nous a été enlevé, alors qu'on ne l'a jamais eu, mais qu’on était toujours persuadé de l'avoir un jour ?

Mon bébé tant désiré,

t’aimer était la chose la plus touchante que j’ai vécue. Pour les autres tu étais invisible, mais pour moi tu existais. Dans mon cœur et dans mes pensées je t’ai porté, caressé et embrassé.

Abandonner le rêve de t’accueillir un jour, restera la chose la plus difficile que je n'ai jamais eue à faire.

 

Mais même si mon voeux n’a pas été exaucé, et même si je ne me sentirais pas toujours complètement accomplie, j’ai réalisé que j’ai le droit de me sentir entière, aimée et épanouie.  

 

Je peux de nouveau goûter à un sentiment de bonheur sur ce chemin, bien que je doive l’emprunter sans ta main dans la mienne.

Devoir remplir le vide que tu as laissé, s'est transformé en un grand cadeau. Car en lui je me suis rencontrée.

 

Aujourd'hui, je peux m'aimer comme je t'aurais aimé, je peux prendre soin de moi comme j’aurais pris soin de toi.

Aujourd'hui, je peux ressentir de la gratitude, même si tu me manqueras chaque jour. Ta place invisible sera toujours à mes côtés, ta main invisible toujours dans la mienne et dans un monde invisible, je serai toujours ta maman.

 

Je t'aimerais toujours mon enfant.

 

Ta maman de cœur.

NE PAS POUVOIR RÉALISER SON DÉSIR D'AVOIR UN ENFANT, PEUT MENER À UNE VÉRITABLE CRISE EXISTENTIELLE.

 

Aujourd'hui, la vie sans enfants est une option de vie reconnue. Mais c'est quelque chose de complètement différent lorsqu'on est dans une situation d'incapacité de concevoir. Les experts savent aujourd’hui que l’infertilité représente une sérieuse menace pour le bien-être physique et psychique des personnes concernées. La fait de ne pas pouvoir concevoir leurs propres enfants, peut déclencher une crise de vie grave dans de nombreux couples. Surtout pour les femmes, le message d'être stérile peut représenter un des pires événements de leur vie, comparable uniquement à la perte d'un partenaire ou au décès d'un enfant.

 

Après des années de combat durant lesquelles on a investi tant d’énergie, un quotidien rythmé par des rendez-vous de médecin, des analyses et des échéances, et pendant lesquelles notre vie a été profondément influencée par ce désir d’enfant qui occupait toutes nos pensées… tout s’arrête là ?

« Ai-je suffisamment combattu ? » 

« Si j’arrête maintenant, ne vais-je jamais avoir à me reprocher de ne pas avoir tout fait pour mon enfant désiré ? »

« Mon mari m'aimera-t-il quand-même ? »

« A qui donner tout cet amour que je voulais donner à mon enfant ? »

« Quelle place vais-je occuper au sein de mon entourage de mamans et de familles » ?

« Comment me sentir femme bien que je n'aie jamais donné naissance à un enfant ?»

« Comment donner un sens à ma vie ? »

 

AU REVOIR MON ENFANT DÉSIRÉ.

Peut-être que vous êtes à un point où vous ne savez plus quoi faire par la suite, vous n’avez plus de force, plus d’espoir ? Peut-être que vous découvrez que vous n’irez pas plus loin, par respect de vous-même ? Peut-être que ce sont les médecins qui vous disent qu'ils ne peuvent plus rien faire pour vous ? 

Peu importe, si vous devez faire le deuil de votre première grossesse ou accepter de vivre sans un frère ou une sœur pour votre enfant, tant que vous vous sentez incomplète, vous souffrez. Il est alors important d'accueillir votre souffrance et de l'intégrer au lieu de la combattre. Le vide persistera toujours, mais si vous vous permettez de prendre le temps de bien vivre toutes les étapes de ce deuil, vous pourrez y trouver de la lumière.

VIVRE UNE VIE HEUREUSE MALGRÉ LE MANQUE.

Si tel est votre souhait, vous n’êtes pas obligée d’emprunter ce chemin seule. Je vous apporte volontiers guidance, bienveillance et un regard extérieur afin de vous permettre de trouver des réponses à certaines de vos interrogations.

 

Je vous accompagnerai pendant les diverses phases du deuil, afin de vous aider à laisser derrière vous des émotions telles que la dévalorisation, la culpabilité, la colère et le reniement de soi, et cela jusqu’à nouer un doux lien avec l’acceptation.

 

Je vous donnerai des outils pour (re)-trouver votre place au centre de votre vie. Vous apprendrez à vous aimer, à vous respecter et à vous accepter en tant que femme sans enfant certes, mais épanouie et remplie d’une richesse intérieure. 

Accompagnement du désir d'enfant - Coaching PMA - Massage de fertilité

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc

Jacqueline Comte

Ch. de la Dauphine 46 - CH-1291 Commugny - +41 (0)79 44 55 293

Recevoir automatiquement mes articles, informations & événements :